[RÉGENCE]. [JANSÉNISME]. [ROMAN SATIRIQUE]. [PRÉVOST D’EXILES (Abbé Antoine-François)]. [LABADIE (Père)].

LE PREMIER LIVRE DE L’ABBÉ PRÉVOST
LA RÉGENCE PASSÉE AU CRIBLE

[RÉGENCE]. [JANSÉNISME]. [ROMAN SATIRIQUE].[PRÉVOST D’EXILES (Abbé Antoine-François)]. [LABADIE (Père)].

Les Avantures de Pomponius chevalier romain, ou l’Histoire de Notre Tems.

Rome [Amsterdam], Chez les héritiers de Ferrante Pallavicini, 1724.
In-12 (16 x 10 cm) de (7) ff. et 222 pp. – Vélin rigide ivoire, dos lisse, titre doré, tranches mouchetées bleu et rouge (reliure de l’époque).
Provenance : Hans Hubner (ex-libris).

1 800 €

RARE ÉDITON ORIGINALE DE LA PREMIÈRE ŒUVRE LITTÉRAIRE DE L’ABBÉ PRÉVOST.

Suite aux travaux de Jean Sagard, il est maintenant admis qu’un peu contesté faisceau de présomptions permet d’attribuer à l’abbé Prévost la rédaction de la majeure partie de ce pamphlet à clefs sur la période de la Régence. Rédigé vers la fin 172&, le manuscrit fut adressé à un libraire d’Amsterdam dès 1722 pour être édité en 1724. Il rencontra immédiatement un vif succès et connut pas moins de cinq éditions jusqu’en 1728.

UNE SATIRE DE LA RÉGENCE.

L’ouvrage doit être donné à deux auteurs distincts : le père Labadie, bénédictin de Saint-Maur, aurait d’abord composé un petit roman d’amour dans le goût des romans grecs et du Satiricon. L’abbé Prévost, alors également bénédictin, l’aurait revu, corrigé et considérablement augmenté. À partir du chapitre XIII, le récit bascule en effet brusquement dans un voyage allégorique en Ichtyophagie (c’est-à-dire parmi les ordres religieux) sur fond d’antijésuistisme forcené où clairement Prévost qui avait passé sa jeunesse au noviciat des jésuites, règle ici des comptes. Puis sous le voile de l’anonyme et à l’aide de dénominations cryptées, c’est toute l’histoire de la régence qui défile. Le duc d’Orléans y apparaît sous un l’anagramme explicite de Resolan : sa politique, ses amours, ses relations avec sa fille, la princesse Jerdreb, le système de Law, les affaires religieuses (« Stoïciens » (jansénistes) contre « Épicuriens » (jésuites)), et la cour sont passées au crible de sa plume fortement satirique.

Cette édition originale des Avantures de Pomponius est suivie, comme il se doit dans les exemplaires complets comme le nôtre, de plusieurs autres pièces satiriques (pp. 209-222) concernant la Régence : le Sommaire des chapitres contenus en la chronique du chevalier Sotormelec (Philippe d’Orléans), Remarque sur le Régiment de la Calotte, le Brevet d’Inspecteur sur la Musique, & danse du Régiment de la calotte, le Jugement de la calotte sur le procez de M. de Fontenelle, & d’Arlequin portant condamnation de Banissement contre certains déliquans envers la Raison & la Langue.

Très bel et élégant exemplaire, d’une grande pureté dans son vélin de l’époque.

Tchermerzine-Scheler, V, 216 – Jean Sgard (éd.), Œuvres de Prévost, t. 7, Grenoble, 1985 – Cioranesco, 51263.

1 800 

Catégories : , , ,