Paul Valéry sous l’égide d’Adrienne Monnier
L’exemplaire de son ami Léon-Paul Fargue

VALÉRY (Paul). [FARGUE (Léon-Paul)].

Album de vers anciens.

1890 – 1900.

Paris, A. Monnier & Cie, 1920.

In-4 (248 x 190 mm) de (21) ff. – Cartonnage à la Bradel de papier peigné dans les tons verts avec incrustations dorées, dos lisse, pièce de titre de maroquin noir, date dorée en queue du dos, couvertures imprimées et dos conservés (cartonnage de l’époque).

 

Provenance : Léon-Paul Fargue (envoi de Paul Valéry sur le deuxième feuillet blanc : « à mon cher Léon Paul Fargue, ces vieilleries, bien affectueusement. P. Valéry »).

ÉDITION ORIGINALE. L'EXEMPLAIRE DE LÉON-PAUL FARGUE AVEC UN ENVOI DE VALÉRY.

Un des 150 exemplaires sur papier vergé d’Arches (n° XVIII).

Le premier livre de Valéry paru chez Adrienne Monnier.

Ces poèmes de jeunesse, dont Valéry avait envisagé la publication en volume avant la Première Guerre mondiale sont publiés pour la première fois par Adrienne Monnier dans la collection Les Cahiers des Amis des Livres. Devant la réception enthousiaste de ces poèmes une seconde édition sera publiée par Stols en Hollande en 1926 et surtout par la NRF en 1927. Par la suite cet Album de vers anciens se joindra à La Jeune Parque et à Charmes pour former le recueil collectif intitulé Poésies.

Adrienne Monnier et la Maison des Amis des Livres (sis à la mythique adresse du 7 rue de l’Odéon), ainsi que son inséparable amie Sylvia Beach, ont largement contribué à soutenir Paul Valéry dans sa gloire littéraire. Au début des années 1920, au moment où paraît ce recueil, Valéry est en passe de devenir un écrivain couvert d’honneur qui peut, la cinquantaine passé, enfin vivre de sa plume. Il leur en sera grandement reconnaissant. « Croyez que je ne songe jamais qu’avec une tendre amitié à mes amies du coté de l’Odéon, qui m’ont  toujours été si fidèles et si dévouées. Mais elles ne se doutent pas de tout ce qu’elles signifient pour moi. Tout simplement des êtres mythiques et favorables qui ont mission de liaison entre Ce que je suis et Ce que je fus ».

Précieux exemplaire de Léon-Paul Fargue.

Tout à la fois poète, excentrique et mondain, doté de surcroit d’un dynamisme tourbillonnant, Léon-Paul Fargue fut l’ami cher de Paul Valéry avec lequel il créera en 1925 la revue Commerce. Il fut surtout un des piliers de la Maison des Amis des Livres dont il contribua au succès en rabattant nombre de ses amis et connaissances. Ses relations avec Adrienne Monnier furent néanmoins tumultueuses, faites de fascination et de lassitude et ponctuées de tentatives infructueuses de Fargue de s’inviter dans la vie privée d’Adrienne.

Très bel exemplaire de cet émouvant témoignage de la vie littéraire des années 1920.

Petit accroc à la pièce de titre.

Georges Karaïskakis et François Chapon, Bibliographie des Œuvres de Paul Valéry, Blaizot, 1975, n° 21, pp. 38-42 ; Henri Vignes, Avec Adrienne Monnier dans la Maison des Amis des Livres, (Cat. 47, 2003), n° 9.

2500