SARTRE ET LA PSYCHANALYSE

 

PRÉCIEUX ET PIQUANT EXEMPLAIRE DE SARTRE ET  DE BEAUVOIR

 

PONTALIS (Jean-Bertrand). LAPLANCHE (Jean). [SARTRE]. [de BEAUVOIR].

Vocabulaire de la psychanalyse.

Sous la direction de Daniel Lagache.

Paris, Presses Universitaires de France, 1967.

In-8 (250 × 166 mm) de  520 pp. -
Bradel d’éditeur, jaquette illustrée.


 

Provenance : Jean-Paul Sartre et Simone de Beauvoir.

 

TRÈS PRÉCIEUX ET DÉSIRABLE EXEMPLAIRE DE JEAN-PAUL SARTRE ET SIMONE DE BEAUVOIR DE L’ÉDITION ORIGINALE DE L’OUVRAGE DE RÉFÉRENCE DE LA PSYCHANALYSE DE LANGUE FRANÇAISE, OFFERT PAR LEUR AMI, L’ÉCRIVAIN, ÉDITEUR ET PSYCHANALYSTE JEAN-BERTRAND PONTALIS.

 

Exemplaire enrichi d’un envoi autographe plein de malice signé: «Pour le Castor et Sartre ce Vocabulaire de la Psychanalyse, ultime effort pour (leur) rendre la psychanalyse intelligible. Avec ma vieille amitié J.B.Pontalis

 

Projet entrepris dès 1960 et publié en 1967, le Vocabulaire de
la psychanalyse connut un succès énorme donnant lieu à de nombreuses rééditions et traductions, pour devenir le dictionnaire de référence de langue francophone. Son co-auteur, Jean- Bertrand Pontalis fut élève de Jean-Paul Sartre en philosophie au lycée Pasteur en 1941. Dès 1945, il collabora aux Temps Modernes et s’en servit comme d’une tribune pour la défense et la diffusion de la psychanalyse. Cet ouvrage avait le même but, rendre accessible la psychanalyse au plus grand nombre.

 

Jean-Paul Sartre était hostile à la psychanalyse telle que définie par Sigmund Freud. Dans L’Être et le Néant (Gallimard, 1943) il proposait de la remplacer par la psychanalyse existentielle. Cette théorie se fondait sur l’absence de séparation du conscient et de l’inconscient, séparation fondamentale de la pensée freudienne. Dans La Transcendance de l’Égo (1936 in Les Recherches philosophiques), Sartre avait même dénoncé les théories freudiennes comme « construites a priori et avec des concepts vides ». Ainsi cet envoi fait figure de réponse malicieuse, d’un freudien convaincu.

 

Deux ans après cette publication, Jean-Bertrand Pontalis quitta la revue à la suite d’une brouille avec Jean-Paul Sartre. Cette rupture fit suite à la publication de l’article L’Homme au magnétophone dans la revue. Alors au comité de rédaction, Pontalis s’était vivement opposé à sa parution. Jean-Paul Sartre passant outre, avait fait publier l’article. Ce reportage constituait une autre attaque de la psychanalyse par un patient qui avait souhaité enregistrer sa séance et tourné son praticien en ridicule.

 

L’utilisation du surnom Castor est empruntée à René Maheu qui présenta Simone de Beauvoir à Jean-Paul Sartre alors qu’ils préparaient l’agrégation de philosophie. Maheu surnommait en effet Simone de Beauvoir ainsi en référence au jeu de mots sur la proximité phonétique entre Beauvoir et Beaver, castor en anglais.

 

Très bel exemplaire, significatif de la vie intellectuelle française de la deuxième partie du XXe siècle.

8000