LA PREMIÈRE ÉDITION EN FRANÇAIS

DE L’ÉPHÉMÉRIDE DE LA GUERRE DE TROIE

 

EN VÉLIN DE L’ÉPOQUE

[DICTYS CRETENSIS][Dycte de Crète].

Les histoires de Dictis Cretensien, traitant des guerres de Troye.

et du retour des Grecz en leur païs, après Ilion ruiné.

 

Paris, Vincent Sertenas, 1556.

 

In-8 de (12) ff., 145 ff., (1) f. bl. – Vélin souple à rabats, traces d’attaches, titres manuscrit au dos (reliure de l’époque).

 

Provenance : Filiplocaletti (ex-libris).

RARE ET IMPORTANTE ÉDITION ORIGINALE EN FRANÇAIS DU FAMEUX ÉPHÉMERIDE DE LA GUERRE DE TROIE.

 

Première traduction française, donnée par Jan de la Lande « gentilhomme breton de la maison de Monseigneur le Duc d’Anguien ». L’édition fut partagée entre Vincent Sertenas, Jan Longis et Estienne Groulleau. L’édition princeps en latin parut elle en 1471.

 

 Il s’agit du récit complet dans son enchainement linéaire de la guerre de Troie censément raconté par un témoin oculaire, nommé Dyctis, guerrier crétois et compagnon du roi Idoménée durant la guerre. Le récit commence avec l’enlèvement d’Hélène et se termine par la mort d’Ulysse. La forme adoptée est celle de l’éphéméride, forme littéraire crée par Alexandre le Grand et consistant en un récit simple et sans ornement subjectif ou légendaire, au jour le jour, des événements d’une guerre. L’équivalent latin est le commentaire dont l’archétype est le célèbre récit de la guerre des Gaules par Jules César.

 

L’existence d’un original grec de l’Éphéméride fut longtemps mis en doute, mais fut finalement confirmée en 1900 par la découverte sur le site égyptien d’Oxyrhynque d’un fragment de papyrus. L’étude du fragment permis une datation du tout début du IIe siècle en faisant en fait une œuvre de l’Antiquité tardive. Le texte fut traduit en latin sous le nom d’Éphéméride de la guerre de Troie (Ephemeris belli Troiani) probablement au IVème siècle et fut largement diffusé par la suite. Ce fut tout au long du Moyen-Age pour les lettrés latins et byzantins la source historique principale concernant le déroulé de la guerre de Troie et des aventures d’Achille, Hector, Paris, Hélène et Agamemnon. Tous les romans de chevalerie et autres chroniques qui se référaient à la guerre de Troie se sont basés sur cet Éphéméride de la guerre de Troie en rejetant l’Illiade d’Homère considérée alors comme étant une œuvre tronquée et peu fiable. C’est sur cette base que notamment Benoît de Saint-Maure élabore au XIIe siècle son fameux Roman de Troie dont la finalité est expressément de mettre en romanz les cours récits de Dictys de Crète.

 

Très bel exemplaire dans son vélin de l’époque de cet ouvrage important pour l’infusion des évènements de la guerre de Troie dans la culture occidentale. Rare.

Derniers feuillets de garde renouvelés.

Brunet II, 699.

4500