LE LA BRUYÈRE DES FEMMES

 

ÉMERGENCE DE LA CONSCIENCE FÉMININE AU XVIIIE SIÈCLE

LAMBERT (marquise Anne-Thérèse de). [FÉMINISME].

Réflexions nouvelles sur les Femmes

par une dame de la cour de France. Nouvelle Edition corrigée.

Londres, J. P. Coderc, 1730.

In-12 de (12) ff. et 86 pp. – Maroquin citron, triple filet doré d’encadrement sur les plats, armes au centre, dos à nerfs orné de caissons de fleurons dorés, coupes et bordures décorées, tranches dorées sur marbrure (reliure de l’époque).

 

Provenance : duc de La Rochefoucauld.

RARE ÉDITION ORIGINALE OFFICIELLE PUBLIÉE PAR LA MARQUISE DE LAMBERT.

 

En 1727 une première édition pirate, tronquée et mal établie fut donné à l’insu de la marquise de Lambert sur la base d’un manuscrit imprudemment confié à un de ses « amis ». La marquise fit alors racheter l’intégralité de cette édition pour la supprimer. Entre temps une mauvaise traduction anglaise également fautive fut publiée à La Haye.

 

Femme de lettre et de salon Anne-Thérèse de Marguenat de Courcelles, dite marquise de Lambert, tint l’un des salons les plus réputés de Paris qui fut considéré comme l’antichambre de l’Académie.

 

L’ÉMERGENCE D’UNE CONDITION FÉMININE REVENDICATIVE.

Dans cet ouvrage, destiné d’abord à l’éducation des enfants, la marquise (considérée plus tard par Sainte-Beuve comme le La Bruyère des femmes) reproche aux hommes de ne pas connaître les véritables talents des femmes (imagination, sensibilité, goût) et de ne leur accorder qu’un rôle frivole juste bon à satisfaire leurs plaisirs immédiats. Elle s’en prend aussi aux femmes qui ne sont pas assez vertueuses et qui dégradent les qualités de leur sexe.

 

L’EXEMPLAIRE ENRICHI DU DUC DE LA ROCHEFOUCAULT.

 

Le duc a fait enrichir son exemplaire de deux feuillets imprimés. Le premier est un faux-titre de l’ouvrage provenant d’une édition ultérieure et le second une épitre en vers adressée à la marquise de Lambert par Madame de Vatry. Cette dernière, amie de la marquise, est l’auteur de quelques poésies dont plusieurs ont été inséréEs dans les Amusements du cœur et de l’esprit. On retrouve cette épître dans les éditions ultérieures des œuvres de la marquise de Lambert.

 

 

Très bel exemplaire dans un délicieux maroquin citron aux armes du duc de La Rochefoucauld.

3500